Que vous soyez débutant ou amateur, passionné ou professionnel, nous vous proposons quelques axes de réflexions pour bien lire une photo et proposer une analyse constructive.

L’analyse critique par la lecture d’une photo est un moyen efficace d’améliorer votre technique, exercer votre oeil et peut devenir une vraie source d’inspiration pour vos prochaines prises de vue.

Comprendre la force d’une image, son impact, vous permettront également de façonner votre propre rapport aux sujets que vous photographiez et vous influencera dans vos prises de décisions à deux niveaux :

  1. Niveau création
  2. Niveau réglages techniques

Ce travail d’analyse vous permettra de faire le tri plus facilement dans vos photographies et vous aidera à sélectionner les images qui ont un réel intérêt à être partagés. Avec le temps, vous ferez naturellement cette analyse. Cela vous aidera dans la communication de vos idées et intentions avec vos différents interlocuteurs : lors d’une exposition, lors de la direction d’un sujet etc.

Ce travail d’observation et d’analyse a trois objectifs :

  1. Formuler de façon constructive les éléments positifs et intéressants d’une image
  2. Relever les possibles améliorations à apporter
  3. Prendre en compte les points faibles, afin de ne pas les reproduire

Comment lire une photo ?

Pour ce faire, vous pouvez vous appuyer sur cinq critères qui vont vous permettre une lecture et une analyse complète de votre image :

  1. Le cadrage et la composition
  2. Profondeur de champ
  3. La gestion de la lumière
  4. Les couleurs
  5. L’intention/ le message

1. Le cadrage et la composition

Le cadrage de l’image va dépendre de votre sujet principal :
Pour les portraits, un cadrage vertical est le plus souvent utilisé. De même, pour photographier les éléments d’architecture hauts par exemple;
Le cadrage horizontal quant à lui convient mieux pour les paysages, les scènes de groupes.

Recadrage possible pour respecter les lignes de force

Concernant à la composition, il y a également des règles qui aident à organiser la prise de vue et qui peuvent aider à lecture, comme par exemple la règle des tiers, les lignes de forces et l’organisation de l’espace.

Exemple de composition respectant la règle des tiers

Voici les questions que vous pouvez vous poser :

  • Le cadrage est-il adapté au sujet ?
  • Le sujet est-il identifiable ? Est-il mis en valeur ?
  • Y-a-t-il des éléments qui perturbent la lecture de l’image (au premier plan ? à l’arrière plan ? l’oeil est-il attiré par un détail ?).
  • La règle des tiers est-elle appliquée ? (si elle ne l’est pas, pourquoi ? est-ce gênant ? est ce voulu ? quel est l’effet qui en résulte ?). De même, les lignes de forces ou points de forces sont ils identifiés ?
  • La construction de l’image, son organisation, est elle harmonieuse ? Y a t-il des espaces qui gênant ou des déséquilibres ?

2. La profondeur de champ

Il s’agit de la zone de prise de vue dans lequel se trouve le sujet photographié et qui est censée être nette. Cette zone de netteté peut être plus ou moins étendue, en fonction des réglages techniques choisis (l’ouverture du diaphragme de l’objectif, la distance de mise au point et le choix de la focale de l’objectif).

A gauche, grande profondeur de champ; A droite, petite profondeur de champ

Plus la profondeur de champ est grande et plus elle intègre le sujet dans son environnement. Pour ce faire, l’ouverture du diaphragme doit être petite (f/16, f/22). A l’inverse, lorsque l’ouverture du diaphragme est grande (f/1,4, f/2), la profondeur de champ est petite et le sujet est isolé du reste de la scène. L’arrière plan est alors flou, on parle de « bokeh ».

Voici les questions que vous pouvez vous poser :

  • La profondeur de champ choisie est-elle pertinente ? Met-elle en valeur le sujet en particulier ?
  • L’ensemble de la photo est-elle nette ? Y a-t-il des éléments flous ? Est-ce gênant ? Est-ce voulu ?
  • L’arrière plan est-il net ou bien flou ? Quelle incidence cela a t-il sur la lecture de la photo ?

3. La gestion de la lumière

Sans lumière pas de photographie. C’est LA matière première. Que ce soit en journée, la nuit, en studio, lumière naturelle ou artificielle, elle est nécessaire à la création d’une prise de vue.

Luminosité un peu sombre sur les arbres

Ce point est crucial et complexe à la fois. Les couleurs peuvent prendre des teintes différentes (on parle alors de températures chaudes ou froides) selon les heures d’exposition de la journée. Les ombres peuvent prendre des formes différentes (être plus ou moins marquées), plus ou moins intense. La gestion de la lumière permet également d’apporter du modelé aux portraits par exemple (les reliefs du visage ressortent).

Lumière douce vs. lumière dure

Voici les questions que vous pouvez vous poser :

  • L’image est-elle correctement exposée ? ou bien sur-exposée ? ou au contraire est-elle sous exposée ?
  • Le sujet est-il correctement mis en lumière ?
  • La lumière est-elle dure ou bien douce ? (Les ombres marquées se traduisent par une lumière dure et les ombres peu visibles se traduisent par une lumière douce)
  • D’ou vient la lumière ? Est elle naturelle ou bien artificielle ?
  • Y a t-il des écarts d’exposition qui empêchent une lecture de l’image ? (voir l’exemple de photo cramée) Les contrastes sont ils pertinents ?

4. Les couleurs

Les couleurs sont directement liées à la lumière. Leur teinte peut être chaude ou froide. Il faut s’intéresser à leur intensité, leur contraste et à leur complémentarité. Quand  aux émotions (positives ou négatives) qu’elles véhiculent, quels effets produisent-elles ?

Tons très chauds

Teintes bleues et froides

Voici les questions que vous pouvez vous poser :

  • Les couleurs sont elles naturelles ? Ont-elles du « pep’s » ? Ne sont-elles pas trop fades ?
  • Les couleurs sont elles trop saturées ou bien pas assez ?
  • Les couleurs sont elles contrastées ?
  • La balance des blancs est-elle équilibrée ? (la lumière est elle trop bleue et donc froide, ou bien trop jaune et donc trop chaude)
  • Un passage en noir et blanc est-il pertinent ? Qu’apporte t-il à la photographie ?

5. L’intention, le message

Un point tout aussi important et intéressant : Le message que le photographe a voulu véhiculer par sa prise de vue et le sujet proposé.  L’idée est-elle bien exploitée ? Le sens/ l’intention de l’image est-il efficace ? Toute la question est là.

Vous pouvez photographier les sujets les plus simples (une fleur, un papillon, un fruit etc). Mais pour provoquer un impact, un sentiment, une réflexion, il faut que la réalisation technique et créative soient fortes. Avoir une bonne idée c’est bien, bien l’exécuter c’est mieux.

Voici les questions que vous pouvez vous poser :

  • Quelle impression se dégage de la photographie ?
  • Quel est le sens de l’image ? Est elle importante et pourquoi ?
  • La réalisation est elle efficace ?
  • Quel message est proposé au lecteur ? Est-il bien servi par sa composition et par les aspects techniques appliqués ?

Comme vous pouvez le constater, il y a beaucoup de choses à penser pour bien lire une photo et l’apprécier. C’est comme la conduite : au départ on se concentre sur le volant. Ensuite on s’occupe des pédales. Puis du levier de vitesse. On fait ses contrôles et on apprend à tout gérer en même temps. Lire et analyser une photo, c’est la même chose. Mettez cet article dans vos favoris, prenez un thème de l’article et concentrez-vous dessus pendant quelques temps. Puis revenez à l’article et choisissez-en un autre. Avec un peu de pratique, vous développerez un oeil de lynx ce qui aura aussi un impact sur la qualité des photos que vous prendrez!

Pin It on Pinterest

Share This